Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2010

Guillon :un faux subversif

 Voici une vidéo sur ce faux rebelle encensé par tous les médias qu'est Guillon

Lu aussi sur le blog du Choc du mois à propos de Stéphane Guillon.

« (...)Car tiens-toi le pour dit, ami lecteur, le Guillon de service est entré en résistance (sic), non pas le 18 juin 40, mais le 7 mai 2007, au lendemain de l'élection de Sarkozy à l'Elysée. Ouah, quelle audace !

« Il y a des gens, disait Karl Kraus, qui parviennent à joindre les avantages du monde aux bénéfices de la persécution. » Voilà notre homme. Il joue actuellement au théâtre Déjazet un one-man-show intitulé « Liberté surveillée ». On voit ça d'ici. Le grand résistant de l'humour, avec son bracelet électronique, menacé d'embastillement, mais qui tient tête vaillamment à la Bête. Comique en effet ! Le bonhomme est assis tous les matins sur le siège du procureur et il veut nous faire croire qu'il est dans le box des accusés ! Ah, la bonne farce !

Tout est faux chez lui. Faux bouffon, faux clown, faux subversif. Même la barbe de trois jours est factice. Pincé, bouffi et satisfait. Anodin de surcroît. C'est un sniper de farces et attrapes, spécialisé dans l'humour bobo-friendly. De la provoc' certes, mais seulement dans l'univers mental de la gauche cuculturelle, festivocrate et bien-pensante. Sa fonction, c'est de conforter le prêt-à-se-rebeller de ses auditeurs. A 40 000 euros par mois ! Vous avez bien lu : 40 000 euros ! C'est le salaire que lui verse Canal plus (pour France Inter, on sait pas). Et ce type vient nous faire la leçon.

Concédons-lui au moins une chose. Il a été une fois touché par la grâce de l'humour, mais il ne lui a fallu pas moins que la présence du directeur du FMI. DSK est sa muse, du moins ses frasques extraconjugales. Le reste du temps, il rame péniblement. Niveau zéro de l'inspiration. Normal, tout est dans la respiration chez lui. Son texte est invariablement nul, pareil à un encéphalogramme plat, mais les inflexions de voix sont sinusoïdales. Comme ça, il fait illusion, façon Guy Bedos. (...)

 Voici une vidéo sur ce faux rebelle encensé par tous les médias qu'est Guillon


http://www.youtube.com/watch?v=Gb5iLPxbBoQ