Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2006

Voyous ? Terroristes ? Lumpen prolétariat ?

Ecouté ce  vendredi 8 décembre 2006 l’émission Du grain à moudre sur France-Culture. Le thème : Voyous ? Terroristes ? Lumpen prolétariat ? Regards sur les incendiaires de bus.

Une discussion autour du livre de Thierry Jonquet Ils sont votre épouvante, et vous êtes leur crainte. Sur le site de F-C, on peut y lire à propos de ce livre« (...)Commencé bien avant les émeutes des banlieues et terminé avant le meurtre de Ilan Halimi, ce roman dit des territoires que la république se doit de reprendre au plus vite à la barbarie. »

C’est toujours aussi animé car c’est une des rares émissions où il y a vraiment un véritable débat avec des oppositions d’idées, de concepts. 

Intervention interessante du Philosophe Mezri Haddad « (...) Je me révolte contre cette dimension laxiste de cette violence(...)le laxisme et l’angélisme qui consistent à réduire ce phénomène gravissime à une dimension sociale (l’excuse ,etc.) (...)Cette lecture sociologique et plutôt socialisante est dangereuse (..)»

Vous trouverez ici un extrait de cette émission. 

05/12/2006

L’antiracisme : un marché trop juteux

L’esprit du Ku Klux Klan
A Espirat (Puy-de-Dôme), village de 315 habitants, quelques anonymes ne veulent pas de «nègres», raconte le Monde. Ni la gendarmerie ni la mairie n'ont pris au sérieux les deux «avertissements» reçues par François Philippe, d'origine malgache: «Pas de nègres à Espirat», puis «Les nègres au bûcher». Jusqu'à cette nuit où cette famille française, qui n'avait pas la «bonne couleur», a failli brûler dans sa maison comme au pire temps du Ku Klux Klan.
Voilà ce qu’on pouvait lire dans  Marianne N° 496 Semaine du 21 octobre 2006  qui avait repris un article de  Gérard Davet paru dans  Le Monde daté du 13 Octobre 2006 avec ce  titre très racoleur « Pas de Nègres à Espirat ».

Marianne N°501 daté du 25 novembre était revenu sur cette affaire en révélant le montage de cette fausse agression . L’affaire avait défrayé la chronique judiciaire et médiatique, l’incendie criminel et raciste d’une maison à Espirat (Puy-de-Dôme) en septembre dernier. Les médias s’étaient emparés de l’affaire, certains d’entre eux voyaient même la signature d’un Ku Klux Klan français.  [Dont Marianne (voir l’article ci-dessus). Ce magazine devrait faire sa propre auto-critique avant de dénoncer les erreurs des autres médias. Ces messieurs se reprochent toujours mutuellement leurs tares.] La vérité est plus banale, le propriétaire, un homme âgé d’une quarantaine d’années et d’origine malgache, est mis en examen pour dénonciation d’infractions imaginaires et incendie volontaire, et placé sous mandat de dépôt. (...) Comme dans l’affaire du RER B et la fausse agression antisémite, l’incendie “raciste” d’Esterat n’est que l’acte d’un mythomane. Le mal est fait pourtant, car si l’incendie avait fait la Une des journaux, le dénouement de l’affaire n’intéresse personne.

Il est déplorable que Le Monde n’ait pas retenu les erreurs  de ces fausses agressions racistes du passé. Si ce journaliste avait fait son travail de journaliste c’est à dire de rechercher la vérité et non de militant cet erreur ne serait pas arrivé.

Tous ces médias qui  insiste sur les actes  racistes et en inventent ne font que l’attiser. Ils ont une grande part de  responsabilité dans cette atmosphère de suspicion raciste en France. Ils laissent supposer aux différentes  communautés  qu’ils sont partout en butte à la discrimination, ce qui les conduit sociologiquement à se comporter eux-mêmes de manière radicalement discriminante. 

Tout devrait être  fait pour rassembler  les différentes communautés et non les diviser. Rien de plus funeste à la paix sociale, à la bonne entente entre les citoyens que les antiracistes fruits de la haine et générateurs de violence.  Ces associations  combattent le racisme sans que rien ne change. Leur intention est de ne rien vouloir changer, car si le racisme disparaissait cela  les amènerait à disparaître eux aussi. L’antiracisme est une marchandise fétiche,  un marché si juteux  qu’une nouvelle association s’est créé récemment : la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité) dirigée par  Mr Schweitzer  l'ancien PDG de Renault. Cela rapporte plus que les  voitures ! Le capitalisme a toujours exploité la division des travailleurs. Le credo de ces marchands est la guerre permanente de tous contre tous.

Justement La Halde , en manque de discriminés, a lancé une gigantesque campagne de publicité afin de  trouver des clients, ce qui ne peut qu’encourager les dérives. Ainsi afin de bénéficier de subventions, ces associations n’hésitent pas, pour satisfaire leurs passions, à déformer la vérité.

Si on voulait vraiment combattre le racisme, le dialogue serait certainement beaucoup plus efficace que la méthode judiciaire.