Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2006

Elisabeth Lévy virée de France-Culture

David Kessler,le patron de France-Culture, a décidé d'arrêter l'émission d'Elisabeth Lévy, 'Le premier pouvoir",consacrée au médias et qui rencontrait un franc succès.


Diffusée le samedi matin de 8h10 à 9h, l'une des meilleures audiences de la station, "Le Premier pouvoir", consacré aux médias, décortiquait chaque semaine le fonctionnement de ce "contre-pouvoir devenu pouvoir à part entière".

Joint par téléphone par Le Quotidien Perm@nent novelobs.com au sujet des motifs de sa décision, David Kessler avance qu'une "émission hebdomadaire sur les médias ne permet pas d'entretenir un rapport rationnel à l'actualité, et se trouve nécessairement prise dans le tourbillon de l'immédiateté". "Je reconnais que cette émission était très écoutée, ajoute le directeur de la station. Mais l'audience n'est pas le critère essentiel de France-Culture.
Notre priorité est la cohérence des programmes et la définition des sujets qui ont de l'importance. Il y a des sujets dont on ne parle jamais: l'économie de la culture, par exemple. Je compte y remédier prochainement."

Assez étonnant ! Une journaliste virée alors qu’elle faisait de l’audience. C’était peut-être là le véritable objet de ce licenciement. Elisabeth Lévy était l’une des rares voix à réaliser une véritable critique des médias, à faire entendre un ton différent idéologiquement. Elle osait aborder les vrais problèmes dont l’un comme le suggèrait le titre de cette émission : le poids exorbitant des médias. En fait elle était « politiquement incorrect » comme certains disent ; pour parler dans un langage plus clair, elle n’était pas de gauche.