Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2010

Le paradis est plus proche qu'il ne semble

Texte fort intéressant paru dans  magazine russe Foma (Thomas) « le magazine orthodoxe à l'usage de ceux qui doutent » traduit sur le site Un peu de tout dans un grand verre

« Avatar » nous apporte une bonne nouvelle : la population de la Terre est bien meilleure que ne nous le raconte « la boîte à zombifier ». Malgré les efforts déployés pour nous convaincre de l'universelle décadence des mœurs (pour ainsi dire, tout est centré sur les peoples), les indicateurs des tiroirs-caisses nous démontrent le contraire : les gens préfèrent le bon cinéma, même avec des intonations amères.... Suite ici

02/04/2010

Semaine anticatholique des média

Semaine sainte.

Arte a choisi justement cette semaine pour diffuser mardi un reportage violemment anticatholique. C’est par ces mots que Daniel Leconte a commencé  « Que pense le Vatican du mariage des prêtres pour éradiquer la pédophilie de ces rangs. »  Comme si le mariage était une thérapie pour criminel sexuel. Bon nombre d'actes pédophiles sont commis des hommes vivant en couple. Désespérant !

Pourtant pendant les fêtes musulmanes Arte diffuse toujours des reportages favorables à l’islam . Deux poids deux mesures.  

06/12/2009

Le journal d'Alexandre Schmemann

181b2f333ca663b5c713a39d60d23126.jpgEcoute aujourd'hui  de l'excellente émission Orthodoxie sur France-Culture consacrée au journal du père Alexandre Schmemann que vous pouvez écouter sur ce site.

On y peut lire  que le Journal est une oeuvre majeure pour l'Orthodoxie, où l'on découvre la profonde foi du père Schmemann et sa haute teneur spirituelle. Il est également un magnifique journal littéraire, dans la meilleure tradition du genre, digne de Paul Léautaud qu'Alexandre Schmemann, homme de haute culture, admirait profondément.

Lors de cette émission, Jean-François Colosimo a ajouté C'est le livre qui manquait à la théologie orthodoxe.

17/08/2009

Michel Ciry

Vendredi dernier, en passant chez ma bouquiniste préférée, découvert un roman de Philippe Muray On ferme pour 4 euros. Cela tombait bien ,c’était un des rares livres que je ne possède pas de celui-ci. En effectuant cet achat, je lui ai demandé si elle n’avait pas par hasard un livre de Michel Ciry. Elle m’a alors répondu si c’était bien du peintre auquel  je faisais mention. J’ai acquiescé, elle croyait qu’il était mort. Cette bouquiniste m’a alors parlé de ce peintre qui avait exposé dans sa propre librairie , des oeuvres mystiques comme elle me l’a précisé. Elle se souvenait de celui-ci comme un être profondément dépressif.

 Je suis en train de lire  Brisons nos nerfs  de ce diariste. A ce que je sache, Michel Ciry ne publie que son Journal. Emprunté ce livre à la bibliothèque ; ces livres sont hélas disponibles uniquement sur demande à la bibliothèque comme beaucoup que je recherche. Cela doit être par un autre diariste que je l’ai  connu. Je ne sais plus si c’est à partir des journaux intimes de Jean-Claude Cluny ou Roger Bésus  voire même Bernard Bouts un autre peintre diariste et catholique.

 

L’écriture de Michel Ciry  est vraiment sublime mais les média n’osent pas parler de ce diariste. Il exècre  tout ce que notre société moderne porte aux nues comme l’art contemporain. Concernant celui-ci, peintre lui-même, il détient beaucoup d’arguments contre l’imposture de l’art contemporain. De plus Michel Ciry est catholique traditionaliste. ce qui ne peut que déplaire à notre époque, particulièrement en France où le dimanche tend à devenir un jour comme les autres. Avec toutes ces tares il est Vomi par la gauche, tenu à l’écart par ceux-là mêmes dont l’intelligent devoir serait de me soutenir, je risque de finir dans une solitude sans doute pénible à supporter mais qui sera mon diplôme de dignité en un monde où cette vertu majeure risque d’être bientôt montrée du doigt.

Il est parfois féroce avec des chanteuses comme Edith Piaf ou avec Michael Jackson. Déjà en 1988 il notait que celui-ci faisait actuellement fureur à travers un monde de plus en plus déboussolé.(...) Ce n’est certes pas à l’honneur d’une époque que d’accorder une telle importance à ce qui en a si peu (...)

06/08/2009

Le dernier dimanche de Gaspard-Marie Janvier

arton12243-69068.jpgJe consacre dorénavant un peu plus particulièrement ce blog aux journaux intimes, carnets ; ce livre-ci peut s’inscrire dans cette catégorie car  Plutôt que d’aller faire ses courses comme chaque dimanche au centre commercial, un homme rendu à sa solitude par son divorce décide d’aller à la messe. Pendant un an, ce sceptique formé à la discipline la plus cartésienne ne manque pas ce rendez-vous hebdomadaire. Au retour, il note dans un journal ses réflexions, ses réactions et ses émotions. Ce qui s’annonçait comme la simple chronique d’un dimanche de plus en plus menacé par le prosélytisme commercial se transforme en une belle aventure, en un grand roman spirituel et charnel. Une conversion qui ne sera pas celle que l’on croit.

 

Voici quelques citations que j’ai choisis.

La question est là comment dire non chaque soir- non  à la télévision , non  à la consommation, non  à l’économie (...) sans tomber dans un militantisme vaniteux, tapageur et sommaire ? L’Eglise en cette entrée de Carême répond : à l’écran par la prière ;à la consommation par le jeûne ; à la démesure économique par l’aumône. 

Il nous livre ces observations sur cette société de consommation qui nous oblige à acheter en « rendant les anciens modèles non compatibles avec les nouveaux, de sorte que des tonnes de matériels sont parties remplir les décharges et les greniers », sur cette société de loisirs qui  nous fait à chaque fois le coup du touriste qui ne prétend pas être comme les autres touristes, sur ce mot magique qu’est « l’humanitaire »

L’auteur n’allume pas trop tôt son poste de radio le dimanche afin d’éviter les sentences tartinées des évangélistes. Je lui conseillerai de se lever encore plus tôt pour écouter les orthodoxes , c’est profondément spirituel.

 

Laurent Dandrieu dans une vibrante critique parue dans Valeurs Actuelles avait écrit que c’était une chronique aussi vivante que brillamment écrite, où se mêlent l’humour et la mystique, l’enthousiasme et le désarroi, la splendeur du vrai et la médiocrité(...)

31/08/2008

N'est pas bouddhiste qui veut

41pnlNriyBL__SL500_AA240_.jpgVoilà un petit livre assez passionnant qui permet d’approcher et de mieux comprendre la philosophie bouddhiste, philosophie et non religion comme l’explique l’auteur

 

 

Beaucoup aujourd'hui se réclament du bouddhisme sans en épouser vraiment la philosophie profonde. Contrairement à ce que l’on peut penser, les bouddhistes ne nient pas le bonheur, ne fuient pas la beauté et les plaisirs physiques. Alors que signifie vraiment être bouddhiste ?

Etre bouddhiste c’est accepter et pratiquer les" quatre sceaux " : toute chose composée est impermanente... Toute émotion est douleur... Aucune chose n'existe en et par elle-même... Le nirvana est au-delà des concepts... Toutes ces notions subtiles sont commentées et expliquées.

 Il note que « jusqu’à ce jour les bouddhistes ne sont jamais entrés en guerre contre d’autres religions et n’ont jamais par prosélytisme religieux ravagé des temples au nom du bouddha. » Ce qui est faux, d’ailleurs, Thomas Grimaux dans son livre Le livre noir des persécutions antichrétiennes a signalé que des extrémistes bouddhistes, au nom de la pureté de la race cinghalaise et de la suprématie du bouddhisme ont attaqué des églises catholiques. »  Au moins, on ne risque pas de reprocher à cet auteur d’être ambiguë, tiède ; Il défends ses convictions.

« On peut être roi, marchand, prostitué, junkie ou chef d’entreprise et accepter les quatre sceaux (...) Ce n’est pas parce que vous possédez moins qu’un autre que votre pureté morale et vos vertus sont supérieures : l’humilité peut être une forme d’hypocrisie »

C’est je crois un des éléments essentiels qui différencie les pays de tradition bouddhiste des pays de culture catholique où la richesse, le pouvoir sont des valeurs plutôt négatives. Dzongsar Jamyang Khyentse s’exprime sur la notion de liberté dans le bouddhisme ; le bouddha lui-même a dit : « Vous êtes votre propre maître » Pourtant c’est justement dans les pays de culture catholique que la liberté s’y est le mieux exprimée.

 

Ce livre donne un bon aperçu des fondements de la vue bouddhiste ; l’auteur ne veut surtout pas mettre les mêmes religions sur le même plan et se moque de ceux qui le font pour prouver leur tolérance. En cela il déconcertera peut-être les sympathisants du bouddhisme.

" N'est pas bouddhiste qui veut"de  Dzongsar Jamyang Khyentse Editions Nil

04/06/2008

mariage annulé : l'emballement médiatique

Un  nouvel article de Maurice Gendre sur le Grain de sable à propos de l’emballement médiatique concernant  le tribunal de Lille qui a annulé  un mariage pour non-respect d'une "qualité essentielle" (selon le terme juridique approprié), en l'occurrence la virginité de l'épouse.

On peut juger cette  obsession de la virginité légèrement hypocrite lorsqu'on sait que des jeunes femmes utilisent la sodomie comme subterfuge pour tromper leur famille, on peut estimer que la présentation aux parents et beaux-parents du "drap souillé" relève d'une pratique "désuète", on peut trouver que les "réfections" d'hymen constituent une "reculade", mais est-ce vraiment cela qui exaspère nos petits marquis médiatiques dans l'annulation de ce mariage ? Annulation prononcée par le tribunal de grande instance de Lille pour non-respect d'une "qualité essentielle" (selon le terme juridique approprié), en l'occurrence la virginité de l'épouse ? suite